novembre 2010

Distinction Santé Sud

Santé Sud Campagne 2

Après le Prix de la Transparence Associative (2005), le Prix de la Sensibilisation du Public (2006), Santé Sud vient de remporter le Trophée de la Médecine Humanitaire.

Demisenya a signé une convention en 2010 avec Santé Sud et se réjouit de cette nouvelle distinction donnée à Santé Sud.

Ci après, le communiqué de Santé Sud.

UN AUTRE TROPHEE POUR SANTE SUD
UN HONNEUR QUI REVIENT AUX HUMANITAIRES… AFRICAINS !

Santé Sud s’est vue décerner, devant quelque 500 personnes, le Trophée de la médecine humanitaire lors du colloque Médias-Santé, organisé le 25 novembre dernier par l’Université de la Méditerranée et le quotidien La Provence à la Faculté de Médecine du campus Timone à Marseille. Guy Farnarier, président de Santé Sud, a rappelé que « ce trophée va d’abord à ces centaines de médecins africains qui, après avoir étudié la médecine durant 10 ans, décident de s’installer en brousse, sans eau et sans électricité, a des heures de piste de chez eux, véritables humanitaires, acteurs du développement dans leur propre pays ».
C’est en effet pour son dispositif d’installation de médecins de campagne en Afrique de l’Ouest que l’ONG marseillaise a été primée. Son directeur, Simon Martin, a expliqué que la situation paradoxale de la coexistence, dans de nombreux pays africains, d’une dramatique sous-médicalisation du milieu rural et d’une relative surproduction de médecins est assez peu connue. « Dans ces pays, le manque d’accès aux soins et la surmortalité materno-infantile dans les zones les plus isolées ne sont en rien compensés par la production des jeunes diplômés en médecine, qui alimentent plutôt les villes, participent à la fuite des cerveaux vers les pays riches, ou sont carrément au chômage et vivent de petits boulots. »

Depuis 1989, l’ONG Santé Sud aide les médecins des pays en développement à s’installer et à vivre de leur activité dans des zones rurales où chacun d’eux a en charge une population d’environ 10 000 personnes, avec des résultats tangibles, à la fois sur le volet préventif (par la prise en charge des soins de santé primaires) et sur le volet curatif (grâce à l’exercice d’une véritable médecine de diagnostic).

« Les programmes d’installation de médecins de campagne de Santé Sud au Mali, à Madagascar et au Bénin permettent déjà à 180 médecins d’exercer leur métier dans leur pays, au bénéfice de plus de 2 millions de personnes, auparavant privées de soins de qualité », s’est réjoui Simon Martin.

Citée comme une action exemplaire par les autorités internationales comme l’OMS, le dispositif initié par Santé Sud devrait, si les Fonds sont suffisants, être répliqué et adapté dans les pays d’Afrique de l’Ouest qui en ont fait la demande (Niger, Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Ghana…).

Rencontre à Nantes le 12 décembre 2010

Un goûter de rencontre et d’information est organisé à Nantes par Olivier Corbineau, notre correspondant Pays de Loire.

Chaque participant est invité à amener quelque chose à mettre en commun (gâteau, boisson, animation pour les enfants) afin de favoriser les échanges.

Pour plus de renseignements, merci de télécharger le fichier d’information que voici : Goûter Nantes décembre 2010

boules_de_noel_22.jpg

Verité de Soldat

Vérité de soldat 

« Vérité de soldat » est inspirée de l’étonnant témoignage du capitaine Soungalo Samaké, l’homme qui a arrêté Modibo Keïta, premier président du Mali. Ce récit plein de bruit et de fureur a été publié par Amadou Traoré, personnalité de la première République issue de l’Indépendance, qui fut lui-même torturé par Soungalo Samaké. Cette étrange relation et surtout les questions que se posent les deux hommes sont au coeur de la pièce. Aveux, confessions ou regrets ? Les terribles confidences du soldat croisent les interrogations de l’Afrique contemporaine, hantée par le surgissement récurrent de régimes qu’on pourrait prendre pour des malédictions et qui pourtant sont le fruit de l’histoire. Septième création de la compagnie malienne BlonBa, Vérité de Soldat interroge l’histoire contemporaine de l’Afrique, au moment où dix-sept pays, dont le Mali, célèbrent leur cinquante ans d’indépendance.

Actuellement jouée au Théâtre du Grand Parquet et jusqu’au 28 novembre. Quelques personnes de Demisenya s’y retrouveront le vendredi 26 novembre à 19h30. Pour ceux qui n’ont pas encore réservé leurs places, il est possible de le faire directement auprès du théâtre.

Séminaire sur l’adoption internationale à Bamako

Séminaire sur l’adoption internationale à Bamako

source photo : site de l’Ambassade de France au Mali

 

La Direction Nationale de la Promotion de l’Enfant et de la Famille (DNPEF), autorité centrale malienne en matière d’adoption, a organisé en collaboration et avec l’appui de l’Ambassade de France au Mali, un séminaire de formation et de sensibilisation sur la thématique de l’Adoption du 26 au 28 Octobre 2010 au Centre International des Conférences de Bamako.

Ces journées ont été l’occasion d’établir un premier bilan concerté sur l’application de la Convention de la Haye au Mali, entrée en vigueur en septembre 2006. Les forces de sa mise en œuvre mais aussi ses faiblesses ont été examinées durant les travaux en groupe.
De ces échanges, très constructifs, sont nées des recommandations en faveur des enfants privés de famille :

  • Promouvoir l’adoption filiation au niveau national (c’est-à-dire l’adoption d’un enfant malien par un couple malien devant un juge).

  • Renforcer le suivi des structures d’Accueil et de Placement pour Enfant.

  • Créer des structures d’Accueil et de Placement au niveau des régions.

  • Renforcer les capacités des acteurs sur la question à travers l’organisation de rencontres de ce genre.

  • Renforcer la collaboration entre les services techniques qui interviennent dans le domaine de la protection de l’enfance.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site de l’Ambassade de France à Bamako.