Le communiqué de ce jour du MAEE et l’interview du Parisien sont retranscrits ci-après.

 

Un autre article est disponible sur le site du Parisien avec en prime une photo des 8 volontaires.

 

Bonne lecture !

 

Source : MAEE - http://www.diplomatie.gouv.fr 

Adoption internationale : huit jeunes volontaires sur le départ  

Le réseau des volontaires consacrés à l’adoption internationale et à la protection de l’enfance privée de famille poursuit son déploiement.  Grâce à l’engagement de huit nouveaux contributeurs (entreprises et collectivités territoriales), huit jeunes volontaires recrutés et formés par l’Association française des volontaires du progrès partiront fin janvier 2009 pour leur pays d’affectation où ils exerceront leur mission sous l’autorité des attachés humanitaires de nos ambassades. 

Le 19 janvier, Rama Yade, secrétaire d’Etat chargé des Affaires étrangères et des droits de l’Homme, a tenu une réunion avec ces volontaires, avec les représentants des contributeurs qui participent au financement public-privé du programme, avec les parrains du programme et avec l’ambassadeur chargé de l’adoption internationale.

Cette réunion a été l’occasion d’effectuer un bilan d’étape sur la réforme de l’adoption internationale, les volontaires et leurs pays d’affectation et de présenter les statistiques de l adoption internationale pour l’année 2008. Le nombre des adoptions internationales en France a légèrement augmenté en 2008. 3 266 enfants étrangers ont été adoptés en France en 2008, soit une augmentation de 3 % par rapport à l’année précédente.

Les principaux pays d’origine en 2008 ont été Haïti (731 adoptions), l’Ethiopie (484), la Russie (315), la Colombie (305) et le Vietnam (284). La hausse de 2008 correspond essentiellement à l’arrivée d’un plus grand nombre d’enfants originaires d’Haïti (731 contre 403 en 2007), alors que la Colombie, où une grève des magistrats a bloqué les dossiers, a vu baisser le nombre des adoptions (375 en 2007). 

Le nombre d’adoptions individuelles a légèrement baissé, représentant 37,1 % des adoptions en 2008 contre 38 % en 2007. Les organismes agréés pour l’adoption (OAA) ont mené 42,9 % des adoptions en 2008 (42 % en 2007). Enfin, le nombre des adoptions accompagnées par l’Agence française de l’adoption (AFA) a baissé de près de 3 % (17,8 % en 2008 contre 19 % l’année précédente). Le total n’atteint pas 100 % car il faut ajouter les adoptions réalisées par des résidents français dans les pays où ils résident. 

Interview de Rama Yade dans Aujourd’hui-Le Parisien “Nous ne voulons pas donner de faux espoirs” 

Rama Yade : “Nous ne voulons pas donner de faux espoirs”  - Interview d’Aujourdhui - Le Parisien du 19/01/2009 

Q - Après l’envoi d’une première volontaire de l’adoption au Cambodge, vous annoncez huit nouveaux départs pour février. Cette initiative est-elle efficace ?
R - En 2008, le nombre d’enfants adoptés à l’étranger a augmenté de 3 %. C’est significatif quand on sait que ces adoptions avaient baissé de 20 % en 2007. J’y vois la preuve que les premiers éléments de réforme portent leurs fruits. Les volontaires de l’adoption internationale, c’est un projet au long cours. Clémence est partie au Cambodge en août, pour deux ans. Et son expérience nous conforte. Il faut incarner, sur place, le nouveau modèle de la protection de l’enfance privée de famille : pour mieux adopter, nous devons aider les pays à avoir moins besoin d’adoption. 

Q - Quels sont les pays choisis pour cette deuxième vague ?
R - L’ambassadeur de d’adoption internationale, Jean -Paul Monchau, en a identifié sept : le Vietnam, l’Inde, le Mali, l’Ethiopie, le Burkina Faso, Madagascar et le Guatemala. Un huiti ème pays sera bientôt choisi. Le départ des volontaires a été rendu possible par la mobilisation de beaucoup d’acteurs privés et publics : Vivendi, le conseil général des Hauts-de Seine, la ville de Bordeaux… Les contributions atteignent 450 000 euros. On ne s’attendait pas à un tel élan d’enthousiasme de la part des entreprises et des collectivités. L’Etat se mobilise aussi par un fonds spécifique doté de trois millions d’euros. Les organismes d’adoption et l ’Agence française de l’adoption sont associés à l’opération et des artistes, dont Gérard Depardieu, la parrainent.

Q - Cela suffira-t-il à améliorer l’image de la France dans les pays d’adoption ?
R - L’Agence française de l’adoption a eu des problèmes de coordination, elle renouvelle actuellement ses instances. Nous concrétisons aussi une convention d ’objectifs et de moyens avec elle. L’autorité centrale qui la chapeautera sera créée d’ici peu. L’esprit de la réforme n’est pas de donner de faux espoirs aux gens, mais de les accompagner, de leur expliquer que l’adoption est l’ultime recours pour les enfants orphelins ou abandonnés. Avant cela, il faut tout faire pour qu’ils retrouvent une vie familiale dans leur pays.